Vernet, Vernon, Vernier et quelques autres

William Butcher

Vernet, Vernon, Vernier et Yvernès : des inventeurs et des aventuriers vénérés qui, énervés ou nerveux, sujets à des anévrismes, des névrites ou des névrophlogoses, mais jamais renversés, vont volontiers naviguer à l'aventure, au gouvernail du navire le Volturne, l'Aventure, le Bonadventure, la Minerve, le Vengeur, l'Investigator, le Savarèna ou l'Endeavour, se vouant à l'avenir, à la Providence (et à leurs revenus), pour trouver des Vendredi, des cavernes vertigineuses, des hivernages, l'Averne, et pour revenir, ventrus, vers le souvenir de la Virlandaise ou des Virgamenoises.

C'est Daniel Compère (1) qui a remarqué la fréquence du groupe de lettres V, E, R, N dans Voyage au centre de ta Terre. Mon intention ici est d'étendre le domaine d'observation à l'intégralité des Voyages extraordinaires, et d'en suggérer une interprétation en termes d'une idée obsessionnelle chez Verne.

On se rappelle les héros des Cinq semaines en ballon qui vont « Où voudra la Providence ; mais cependant de l'est à l'ouest » (III, 22) (2) ! On connaît également l'Orgue de Barbarie de sa majesté Msélo-Tala-Tala, le roi-pape Johausen dans le Village aérien : « Pour économiser les notes », le fabricant de l'Orgue « n'a fourré dans sa boîte ni les ut ni les sol dièses ! » (XVI, 183). Est commune aux deux situations l'opposition entre la liberté, la créativité, le voyage, la musique et la contrainte, le réductionnisme, la ligne droite, le mécanisme ; or le texte, lui aussi, subit cette opposition, avec son histoire globale et ses épisodes à contre-courant, son idéologie apparente souvent autoritaire et son aspect de « révolutionnaire souterrain », avec enfin ses platitudes occasionnelles et son foisonnement de détails captivants.

Avant d'entrer en matière, cependant, je voudrais faire remarquer qu'il est plus facile de trouver des anagrammes ou des allitérations dans un texte littéraire que de les démontrer. C'est pour cette raison que de Saussure lui-même n'a jamais publie les anagrammes et les paragrammes qu'il croyait avoir découverts chez Homère, Virgile et d'autres. Et c'est également pourquoi Marcel More, Jean Chesneaux et Marc Soriano (3) ont choisi d'explorer les noms propres chez Verne, puisque ceux-ci forment une très petite partie du texte et que les trouvailles éventuelles ont donc plus de signification statistique, et aussi puisque l'auteur s'y est libéré des contraintes des mots naturels pour inventer des vocables selon ses pulsions intérieures. Néanmoins, on peut rester sceptique quant à certains des résultats de ces trois auteurs.

Je prendrai donc ici la précaution de ne considèrer que les groupes V, E, R, N à l'intérieur d'un seul mot, et d'exclure les groupes F,E, R, N, par exemple, ou les initiales J.V.

Certains exemples renvoient clairement à l'auteur, surtout les quatre noms propres cités dans mon titre « Vernet » (20M, I, IX 377), « Vernon » (C 15), « vernier » (inventé par Vernier) (A3 VII) (4)

et « Yvernès nerveux » (IH, II, XIII, 306). Dans d'autres cas, la densité des lettres estt indicative sans être conclusive. Daniel Compère, par exemple, trouve dans un seul roman « Facilis descensus AVERNi » (VCT XVIII, 156), « ViRlaNdaisE » (III, 20, 21 ; XLV, 372), « RENVErsée » (IV 28), « à l'ENVERs » (V, 39), « caVERNE[s] » (XXX, 237 ter, etc.), « le VoItuRNE » (XLV, 368) et « RENVErsement » (372)1.

Dans d'autres cas encore - bien qu'on puisse rapporter une impression subjective d'utilisation fréquente des mots comme mon titre a essayé de le montrer - j'avouerai que les preuves ne sont pas accablantes ; « l'ENdEaVouR » (CG, Il, IV,343, 4 fois), « l'AVENtuRE » (344 ter) ; « (...) qui a souvent prédit l'aVENir en disant la bonne aVENtuRE! » (CC, Il, I, 214), « un NaViRE en hiVERNagE » (Il, III, 248), « en pREVisioN de l'aVENiR » (Il, IV, 254) « les NaViREs à vapeur et les voiliers s'aVENtuREnt plus VOloNtiERs (...) » (PBM, III 26) ; « NEVERs » (DO, VII, 54-5 ter) ; « l'inVENtaiRE du NaViRE » (CH II, VI, 373) ; « nous VERroNs demain matin si elles se sont RENouVElées.De cette façon, nous serons au courant des maNoEuVREs de nos ennemis. Le conseil du docteur fut suivi, et l'on REViNt (...) » (II, XI, 434) ; « forcé de REVeNir à son NaViRE et d'hiVERNEr » (Il, XXVI, 612).

Si ces exemples étaient les seuls à ni a disposition, mon argument serait peu convaincant, d'autant plus qu'aucun n'est motivé, n'a de signification littéraire. Mais un passage du cinquième chapitre des Vingt Mille lieues intitulé « A l'aventure ! » va plus loin : « [pendant qu'on guettait le monstre] (...) on ne vivait plus à bord. Les cœurs palpitaient effroyablement, et se préparant pour l'aVENiR d'incurables aNEVRismEs. L'équipage entier subissait une surexcitation NERVEuSe » (I, V, 41). Cette juxtaposition des mots « avenir », « anévrismes » et « nerveuse » trouve un parallèle dans « Monna Lisa », pièce de théâtre de la jeunesse de Verne où nous entendons :

« Joconde :

Vous être toujours, vous, l'homme qui s'occupe

Du VERNis d'un tableau qui n'est pas commencé !

Vous hâtez l'aVENiR aux dépens du passé !

Mais le cœur ne veut pas être VERNi si vite !

Léonard :

Erreur, cher Duc !

Joconde :

Veuillez ne point me retenir,

Et je REViENs ! ...

Léonard :

Pourtant ! ...

Joconde :

Non ! Je vais REVENir ! »

Dans les deux cas, l'équipage et l'artiste sont tirés, de façon obsessionnelle, dans l'avenir, aux dépens du passé et du présent.

Un troisième exemple probant se trouve dans Le Sphinx des glaces, dans une très brève citation du poème de Poe intitulé « The RaVEN » : « NEVER more... jamais plus ! ... jamais plus ! » (I, XII, 182). Dans ma quatrième citation, enfin, Mistress Branican, fiévreuse, attend le retour de Wat, en mêlant le passé et l'avenir (c'est là un des signes de sa personnalité, et une des raisons à la fois de sa folie et de sa guérison) : elle subissait une « crise NERVEuse. Etait-ce au souVENir de celui qu'elle avait perdu qu'elle se rattachait ? ... Wat REVENait-il à sa pensée ? » (B, I, V, 64).

Dans ces deux œuvres tardives, l'avenir est également perçu dans sa relation avec le passé, mais maintenant tous les deux sont sous le signe de la négativité et de l'irréel.

Tous ces jeux verbaux mettent en place une grande densité des anagrammes du nom Verne, lesquels sont nécessairement partiels en français mais il est à souligner que, dans la langue étrangère la plus en évidence chez Verne, l'anglais, les seuls anagrammes complets, « never » et « nerve » sont tous les deux présents - « never » dans la citation de Poe, et « nerve » par le biais du mot « nerveuse » déjà cité, mais aussi dans le « Docteur Ox », où la suractivité oxygénée mène à des « NEVRites et (des) NEVRophogoses » (X, 75). Ces jeux ne sont point gratuits car ils présentent le temps comme cause d'une attente anxieuse et angoissée. L'artiste, surtout, dans son impatience névrotique, s'occupe exclusivement du vernis - symbole de l'acceptation de l'artiste, et donc (dans l'argot) de sa bonne chance - d'œuvres à venir, et non de la substance d'œuvres passées ou présentes, provoquant ainsi un divorce entre le rythme naturel du cœur et le rythme forcé de la surproduction machinale. A la différence de Joconde, Léonard croit que la créativité et l'amour peuvent subir une division du travail, que la forme se sépare du contenu, en somme que le temps humain peut être assujetti sans perte à la chronologie de l'horloge.

Si l'on accepte donc que le nom « Verne » soit intimement lié dans la « microscopie » du texte au temps et surtout à l'avenir, ceci n'est'il pas une confirmation des souvenirs de Marguerite Allotte de la Fuÿe, qui rapporte que le nom paternel était associé pour Jules à la sévérité chronométrique de Pierre Verne (5) ?

C'est peut-être une des raisons pour lesquelles l'auteur des Voyages extraordinaires s'est montré si bon observateur des processus temporels ; mais aussi pourquoi l'acte de nomination qui est une appropriation des lieux et une défense contre la béance de la mort prend une telle importance pour les explorateurs chez Verne. En fait ce sont les créateurs verniens qui ressemblent en ceci au Maître Zacharius dont le « nom est inscrit en toutes lettres » (MZ, IV, 151) sur le devant de chacun de ses ouvrage et dont l'âme est contenue dans chacun de ses ouvrages. Mais seul Jules Verne lui-même s'accorde le privilège de mêler les niveaux de l'écriture, et de donner au livre sa propre auto-représentation, en inscrivant son nom, en clarté et en filigrane, sur et dans les Voyages extraordinaires.

1. « Le Fin mot », Jules Verne 2, L'Ecriture vernienne, Minard, 1978, pp. 165-170 (167) et Un voyage imaginaire de Jules Verne. « Voyage au centre de la Terre », Minard, 1977, pp. 72-73.

2. L'édition utilisée des œuvres de Verne est celle du Livre de poche, sauf pour L'Ile à hélice et César Cascabel (U.G.E. « 10-18 »), Le village aérien (Humanoïdes associés) et « Monna Lisa » (L'Herne, « Jules Verne », n° 25, 1974, pp. 23-56).

3. Marcel Moré, Le Très curieux Jules Verne, Gallimard, 1960, pp. 63-64 et 229, Jean Chesneaux, « L'Invention linguistique chez Jules Verne », Langues et techniques, Nature et Société. Tome I. Approche linguistique, Klincksieck, 1972, pp. 345-351. Marc Soriano, « Index des calembours de Jules Verne », Jules Verne, Julliard, 1978, pp. 337-360.

4. Cité par Philippe Bonnefis, « La Mécanique des chutes », Jules Verne 3, Machines et imaginaire, Minard, 1980, pp. 67-90 (69).

5. François Raymond, « L'Homme et l'horloge », L'Herne, « Jules Verne », n° 25, 1974, pp. 145-150 (145).