Bulletin de la société Jules Verne, no. 136, 4ème trimestre, 2000

L'écrivain réhabilité par son écriture, V. DEHS

[. . .]

2 ‑ Le Jules Verne de William Butcher

Alors que les Anglais et les Américains avaient raison de se plaindre de la qualité des traductions des Voyages extraordinaires, une petite (?) révolution s'est produite outre‑Manche, et plus particulièrement à Oxford. C'est là que William Butcher a publié ses traductions de quelques romans verniens qui furent non seulement accueillies par l'enthousiasme unanime de la critique anglophone pour la qualité du texte[1], mais qui constituent aussi les premières éditions critiques, dignes de ce nom, de Voyage au centre de la Terre[2], Le Tour du Monde en quatre‑vingts jours[3] et Vingt Mille Lieues sous les mers[4]

Que le projet ait pleinement réussi, cela ne surprendra pas les lecteurs du Bulletin qui se souviendront des nombreuses contributions de Butcher; certains auront également lu la version publiée de sa thèse, portant sur le rôle du temps dans les Voyages extraordinaires[5]. Aussi pouvait‑on s'attendre avec un optimisme justifié à de solides introductions, présentant les informations obligatoires sur la genèse, les sources et les publications originales, proposant une explication critique sans imposer au lecteur une interprétation réductrice des oeuvres, tout cela suivi par une bibliographie substantielle et commentée. Ce qui rend ces éditions d'autant plus précieuses, et non seulement pour le public anglophone, c'est l'appareil critique constitué de notes dont l'ampleur est progressive, de 12 pages pour le Voyage au centre de la Terre, en passant par 35 pages pour le Tour du Monde et en atteignant 60 pour Vingt Mille Lieues. Toutes les allusions aux événements historiques sont expliquées, ainsi que les noms qui, jadis familiers, sonnent étrangement aujourd'hui aux lecteurs, qu'ils soient anglais, français ou autres. Parfois, Butcher a dû s'adonner à des investigations dignes de son compatriote Holmes, car les orthographes employées par Jules Verne sont souvent fantaisistes. Ainsi, en guise d'exemple, le poète indien, invoqué par Verne dans le chapitre XIV du Tour du Monde en quatre‑vingts jours, baptisé par lui "Uçaaf Uddaul" et considéré par certains comme imaginé, a bel et bien existé sous le nom de Yusuf Adil[6]. Des appendices consacrés aux erreurs du romancier et aux incohérences du texte apportent souvent des informations surprenantes et font état des difficultés auxquelles doit s'attaquer tout traducteur.

Butcher, en vrai pionnier de l'écriture vernienne, signale les variantes entre les versions préoriginales, in‑18 et grand‑in 8 (pour Vingt Mille Lieues sous les mers), et a également exploité les manuscrits dont il fournit, dans les notes, d'amples extraits. Ceci s'avère particulièrement intéressant pour le Voyage au centre de la Terre dont le manuscrit, mis aux enchères aux États‑Unis dès 1993, se trouve dans une collection particulière. La 3e édition de la traduction a été enrichie de ses remarques sur quelques parties du manuscrit que Butcher a exclusivement pu consulter[7]. Dans le cas du Tour du Monde et de Vingt Mille Lieues, deux manuscrits différents étaient à analyser. Butcher y a procédé, sans qu'il soit tout à fait évident si les, variantes qu=il présente en notes reposent sur une lecture intégrale des manuscrits ou seulement sur une exploitation partielle. Toutefois, l'ampleur des informations génétiques devient, dans ses publications, de plus en plus importante, et, l'introduction à Vingt Mille Lieues sous les mers est à ce sujet particulièrement riche. Qu'aurait dit le romancier en apprenant que certains passages de ses manuscrits méticuleusement gardés surgiraient pour la première fois dans la langue de Phileas Fogg!

Il reste à souligner qu'aucune édition française n'existe qui soit comparable au niveau éditorial de Butcher. Espérons qu=il pourra poursuivre ce travail exemplaire pour d'autres Voyages extraordinaires. Espérons aussi qu'un jour, une édition critique de l'oeuvre de Jules Verne paraîtra en langue française. William Butcher en aura ouvert la voie.

Volker DEHS.


[1] Butcher a expliqué les principes de sa traduction à l'exemple du Voyage au centre de la Terre: AJourney to the Centre of the Text@. On Translating Verne@, Babel no. 40 (1994), pp. 131‑136.

[2] Journey to the Centre of the Earth. Oxford University Press 1992. 3eme édition augmentée 1998, XXXVIII + 234 p.

[3] Around the World in Eighty Days. Oxford University Press 1995, XLV + 247 p.

[4] Twenty Thousand Leagues under the Seas. Oxford University Press 1998, XLVIII + 445 p. Je ne veux pas passer en silence les mérites de Walter James Miller qui est le pionnier des éditions annotées de Vingt Mille Lieues sous les mers et De la Terre à la Lune, malheureusement établies sur des traductions défectueuses.

[5] W. Butcher, Verne=s Journey to the Centre of the Self. Space and time in the Voyages extraordinaires. London: Macmillan 1990, 206 p. Il convient d'ajouter une introduction bibliographique du même auteur, incontestablement la meilleure parue depuis Le Développement des études sur Jules Verne par François Raymond et Daniel Compère (1976): "Jules and Michel Verne@, in: D. Baguley (éd.), A Critical Bibliography of French Literature, vol. 5, part 2. Syracuse University Press 1994, pp. 923‑940.

[6] Remarquons, comme nous le verrons plus loin, que, souvent, les noms déformés proviennent seulement d'une mauvaise lecture du copiste du manuscrit original et ne peuvent être attribué à JV sans avoir vérifié son écriture (NDLR).

[7] Voir aussi son article ALong‑lost Manuscript: The True Antecedents of Professor Lidenbrock, his Nephew Axel and their Glorious Adventures Underground@, The Modem Language Review, vol. 93, no. 4 (octobre 1998), pp. 961‑971.