Birmanie>Net Hebdo n° 54 - 25 février 2004
La lettre d'information hebdomadaire d'Info Birmanie



Sommaire 

  • Tin Oo libéré de prison et placé en résidence surveillée 

  • Interview du Dr Tint Swe, NLD et gouvernement en exil

  • KNU et SPDC: la paix par petites touches

  • Interview de Yord Serk, Shan State Army



Le dissident birman Tin Oo est libéré de prison et placé en résidence surveillée
Source: AP, 15 février 2004

La junte militaire au pouvoir en Birmanie a libéré samedi soir Tin Oo, le vice-président du principal parti d'opposition birmane, avant de le placer en résidence surveillée à son domicile à Rangoon, ont déclaré dimanche les proches de cet influent dissident birman.
Vice-président de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), Tin Oo, 77 ans, a été libéré tard samedi de la prison de Kale dans le nord du pays. Il y était détenu depuis des affrontements sanglants survenus le 30 mai dernier entre les militants d'opposition et des partisans de la junte militaire, ont précisé des membres de la famille de Tin Oo, ayant requis l'anonymat.
A la suite de cet incident, Tin Oo, ainsi que la dirigeante de la LND Aung San Suu Kyi et des dizaines d'autres responsables de ce parti d'opposition ont été mis en détention par le gouvernement birman.
Mme Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, le président du comité exécutif de la LND, Aung Shwe, ainsi que le secrétaire du parti, U Lwin, sont toujours en résidence surveillée.
L'actuelle junte militaire s'est emparée du pouvoir en 1988 après avoir écrasé un soulèvement pro-démocratique. Des élections ont été organisées deux ans plus tard, mais les militaires ont refusé de reconnaître les résultats après la victoire écrasante de la LND, la formation d'Aung San Suu Kyi.


Interview du Dr Tint Swe, membre de la LND et du gouvernement en exil
Réalisée au forum social mondial de Bombay par Rosa Moussaoui du journal Avant Garde, Mensuel des jeunes communistes

Alors qu’Aung san suu Kyi est toujours détenue dans les geôles de la junte militaire, de nombreux opposants Birmans étaient présents sur le Forum social Mondial pour faire entendre les voix étouffées par une dictature oubliée de la communauté internationale. Parmi eux, nous avons rencontré Le Dr Tint Swe, de la Ligue Nationale pour la Démocratie, et membre du gouvernement en exil.

Vous êtes en faveur de sanctions économiques à l’encontre de la Birmanie. En quoi ces sanctions peuvent-elles changer les choses ?

Les sanctions économiques sont la seule langue que le régime militaire connaisse ; première raison. La deuxième raison étant que, grâce aux sanctions déjà en vigueur alors, ils ont libéré Aung San Suu Kyi pour la première fois en 1995. Et encore une fois, sous la pression des sanctions, les militaires au pouvoir ont accepté de recevoir des rapporteurs spéciaux de l’ONU.  Ces sanctions nous aideront à contraindre le régime militaire aux négociations et au dialogue. Nous avons besoin de ces sanctions, même si elles ne suffisent pas.
Certains affirment que c’est le peuple qui sera victime de telles sanctions. Nous ne sommes pas d’accord avec ce point de vue.
L’embargo sur les ventes d’armes à la junte constitue la première des sanctions que nous réclamons. Un tel embargo ne peut nuire au peuple. La deuxième de ces sanctions n’est autre que le refus d’attribution de visas aux généraux et à leurs épouses. Encore une fois, rien à voir avec les gens ordinaires. Et enfin, au chapitre des sanctions que nous revendiquons, figure l’interdiction de tout nouvel investissement des Etats-Unis et de l’Union Européenne en Birmanie. Ce n’est pas le peuple birman qui est bénéficiaire de ces investissements. Les profiteurs sont les militaires et leurs amis. Ce sont eux qui s’occupent de ces business et ce sont eux qui seront donc touchés par de telles mesures. Ainsi, à la suite des sanctions américaines déjà prises, les transactions par carte de crédit ne sont plus possibles en Birmanie, d’où un éventuel inconvénient pour les utilisateurs de cartes de crédit. Mais, dites-moi, combien de personnes ont recours, dans l’un des pays les moins développés au monde, à une carte de crédit ? Certainement pas les gens ordinaires. Seulement les militaires et leur entourage. Donc, nous croyons dans les sanctions et nous les exigeons.

En France, Lorsque les dirigeants de Total sont interrogés sur les activités de cette firme en Birmanie, en étroite collaboration avec la dictature militaire, ils répondent : " nous ne faisons pas de politique ". Qu’en pensez-vous ?

Total, pour la Birmanie et sous ce régime, est véritablement synonyme de grosses affaires. Plus de 40% de ces dollars qui proviennent d’investissements directs étrangers sont consacrés au budget militaire. Moins de 12% de ces dollars, en revanche, sont consacrés à l’éducation et à la santé. Par ailleurs, il y a eu des rapports publiés concernant la violation des droits de l’homme suite au tracé et à la pose d’un gazoduc qui, à partir  de Yadana, traverse la Birmanie et se poursuit jusqu’à la frontière thaïe. Les violations des droits de l’homme liées au chantier se poursuivent. Le régime militaire en tire profit pour déclarer que Total le soutient. Chaque fois qu’une multinationale est présente en Birmanie, le régime le rend public et il y a toute une couverture médiatique, que ce soit dans la presse ou à la télévision, pour dire que ces multinationales le soutiennent. Il en résulte un message brouillé. Nous ne voulons pas qu’un message fallacieux soit délivré au peuple. Ce serait accorder une sorte de légitimité au régime et ça, nous ne le voulons pas.


KNU et SPDC - Dernière minute
Une information émanant de The Irrawaddy le 24 février 2004 nous apprenait que des soldats de la KNU avaient attaqué un poste de contrôle de l'armée birmane à seulement quelques dizaines de kilomètres de l'endroit où vient de s'ouvrir le troisième round de discussions entre la KNU et le SPDC. Cette attaque, qui aurait fait 4 morts et 7 bléssés dans les rangs de l'armée birmane, ne semble pas pour le moment devoir remettre en question les pourparlers…

La paix par petites touches
Source: The Irrawaddy
Article publié par Courrier International
12/02/2004, Numero 693

Les généraux de Rangoon viennent de négocier un accord de cessez-le-feu avec la guérilla karen. Mais il n'est toujours pas question de discuter avec Aung San Suu Kyi et les dirigeants élus de l'opposition.

L'Union nationale karen (KNU) est sans doute le plus vieux mouvement dissident survivant en Asie du Sud-Est*. Mais elle n'est rien d'autre, aux yeux de la junte militaire birmane, qu'une bande désorganisée de "terroristes" tribaux. La presse officielle a longtemps qualifié ses dirigeants de "criminels" . Mais les temps ont changé. Les adversaires parlent maintenant de paix. En janvier, le général Saw Bo Mya, le chef emblématique du mouvement karen, s'est envolé vers Rangoon pour la première fois de sa vie afin de négocier la fin de plus de cinquante années de combats. Les généraux au pouvoir ont déroulé le tapis vert pour lui en qualité de vice-président de la KNU et de commandant en chef des forces armées karens. Le Premier ministre, le général Khin Nyunt, a même organisé une fête d'anniversaire pour son hôte, qui a eu 77 ans au cours de sa visite. Les pourparlers se sont achevés sur un accord de cessez-le-feu, qui doit encore être confirmé dans les semaines à venir.
La paix est-elle pour autant en vue pour les Karens ? Bo Mya a longtemps été considéré comme un opposant farouche à la junte, et il a fallu que les autorités thaïlandaises fassent pression sur lui pour finalement arriver à un accord avec Rangoon. La Thaïlande tenait dur comme fer à sa politique de "zone tampon", qui consiste à soutenir plusieurs groupes armés tribaux le long de sa frontière avec le Myanmar. Mais, depuis, elle a coupé les voies d'approvisionnement en médicaments, en nourriture et en munitions destinés à la KNU. Ne recevant plus ni armes ni argent, les commandants de l'UNK ont présenté leurs griefs à Bo Mya.
Par ailleurs, les troupes birmanes terrorisent depuis des mois les réfugiés karens, qui vivent dans des camps situés le long de la frontière, et elles ont chassé de chez eux de nombreux autres individus en les repoussant vers l'intérieur du territoire. Désespérés, les Karens désirent évidemment la paix.
Mais ce n'est pas leur drame qui fait avancer les discussions entre la KNU et la junte. Ce sont plutôt des "tiers" qui ont intérêt à ce que le processus de paix progresse. Le Premier ministre thaïlandais Thaksin Shinawatra, qui a noué des liens étroits avec les dirigeants de Rangoon, a offert sa médiation. Et il a demandé à son ministre de la Défense et à ses forces armées de favoriser la réconciliation entre la junte et les insurgés tribaux. Le magnat devenu Premier ministre de la Thaïlande et son gouvernement ont quelques intérêts économiques dans l'Etat karen, notamment l'ouverture de nouvelles routes commerciales avec le Myanmar à travers le territoire contrôlé par les insurgés et la conclusion d'accords avec les partenaires en affaires de M. Shinawatra dans l'exploitation minière, le tourisme et l'énergie. L'année dernière, le chef du gouvernement thaïlandais a confié à la presse l'un de ses projets économiques : la reconstruction du "chemin de fer de la mort" [ligne qui avait été construite par des prisonniers de guerre britanniques détenus par les Japonais pendant la Seconde Guerre mondiale, comme l'a rappelé le célèbre film Le Pont de la rivière Kwaï (1957)] dans la province de Kanchanaburi afin de favoriser le développement du commerce et du tourisme entre les deux pays. Et la clé de la réussite réside dans la paix en territoire karen.
Rangoon a également ses raisons pour s'asseoir à la table des négociations : le Premier ministre Khin Nyunt souhaite la participation de toutes les communautés ethniques à la Convention nationale. Mais certains n'ont pas été invités à la fête : les Shans, les Karens et de petits groupes armés basés le long de la frontière ont été oubliés. Sans doute s'agit-il de diviser pour mieux régner. Faire la paix entre des ennemis de longue date est une tâche ardue, mais les généraux ont montré ce dont ils sont capables. Ils ont déjà négocié un accord de cessez-le-feu avec des groupes armés dirigés par des chefs de guerre de sinistre réputation et des trafiquants de drogue.
Le Prix Nobel de la paix et chef de l'opposition Aung San Suu Kyi vit, elle, en résidence surveillée depuis mai 2003. Les généraux veulent la tenir à distance et refusent de lui parler, marginalisant ainsi celle qui a remporté les élections de 1990. Pour la junte militaire, qui ne veut qu'une chose - se maintenir au pouvoir -, il est tout simplement inconcevable de faire la paix avec Aung San Suu Kyi et les autres dirigeants élus. On peut douter de la bonne volonté des généraux. Les précédents pourparlers entre Rangoon et les groupes armés n'ont pas abouti à une paix et à une stabilité durables au Myanmar ; ils n'ont servi qu'à pacifier certaines poches de révolte afin de permettre à Rangoon de contrôler de nouveaux territoires et de faire des affaires. Les chefs des Karens, qui l'ont bien compris, sont d'autant plus prudents dans leurs négociations avec les généraux retors de la junte.


* Formé en 1947, un an avant que la Birmanie [ancien nom du Myanmar] n'accède à l'indépendance, le mouvement lutte pour la création d'un Etat karen dans le sud-est du pays.


Interview de Yord Serk, Shan State Army
Source: The Irrawaddy, février 2004

Le Colonel Yord Serk est le commandant de l’armée de l’Etat de Shan-Sud (Shan State Army / South). Il s’entretient ici avec le correspondant de The Irrawaddy, Nico Westerbann, sur les chances du succès d’une réconciliation nationale en Birmanie, sur le problème de la drogue et le rôle de la Thailande dans le processus de paix entamé par la junte birmane avec les guérillas ethniques.

Existe-t-il actuellement une quelconque tentative d’approche du SPDC pour entamer des pourparlers de paix avec l’armée de l’Etat de Shan ?

Il n’y a aucun contact direct entre le SPDC et la SSA. Ils ne nous ont pas approché. Le SPDC, avec la feuille de route du Premier ministre Khin Nyunt et avec les récents pourparlers avec la KNU (Union Nationale Karen), essaie juste de gagner du temps et d’obtenir un soutien de la communauté internationale. 
Les Birmans ont leur propre analyse de la situation, et ils ne partagent pas celle développée par le reste du monde ou par les groupes ethniques de Birmanie. Ils pensent qu’ils ne peuvent compter que sur la république populaire de Chine pour les soutenir.

Comment percevez-vous les négociations de cessez-le-feu entre la KNU et le SPDC au regard de l’appartenance de la KNU à votre alliance militaire ?

Nous avons en effet conclu une alliance militaire, mais il n’y a pas de point en son sein qui interdisse de négocier avec l’ennemi. Nous croyons fortement que par la négociation, il est possible de résoudre tout type de disputes. Et le point de vue de la KNU est proche du notre. Nous avons formé une alliance militaire parce que nous partagions un ennemi commun. Il n’y aucune raison que notre alliance militaire se brise en raison de ces négociations entre la KNU et le SPDC. Mais je pense que les pourparlers n’aboutiront pas car les généraux ne sont pas sincère et que nous leur faisons pas confiance. Ils ne font que mentir et gagner du temps.

Est-ce que la SSA souhaiterait maintenant ouvrir des pourparlers avec le SPDC ?

Si nous ouvrons des négociations pour un cessez-le-feu avec le SPDC, ils ne voudront évoquer que les questions militaires avec nous. Mais nous avons en premier besoin de discuter avec eux des problèmes politiques. Avant d’entrer dans toute négociation d’un cessez-le-feu avec le SPDC, nous avons deux demandes : 1/ les généraux devront faire la preuve de leur sincérité et de leur volonté de résoudre touts les points d’achoppements. Et ils devront retirer leurs troupes se situant près de nos camps, et retourner dans leurs garnisons. 2/ et quand nous viendrons à discuter de la situation politique, les généraux devront montrer qu’ils sont sincères et francs, et assurer que toutes les nationalités ethniques auront la possibilité de débattre librement. Voici nos deux seules conditions. Nous sommes prêt à négocier n’importe quand.

Pensez-vous que la nomination du Général Khin Nyunt comme Premier ministre, et l’annonce d’une feuille de route pour le retour à la
démocratie sont des signes positifs ?


Ils donnent l’impression d’avoir changé, mais ils n’ont pas changé. C’est la même situation qu'en 1993. Nous avons analysé la situation et nous avons conclu que la feuille de route est un mensonge, un leurre, et que finalement rien a changé. Rien ne s’est amélioré.  
Pouvez-vous dire quelques mots sur les tentatives passées du SSA d’ouvrir des négociations avec le SPDC ?
Nous avons approchés plusieurs fois le SPDC pour négocier, mais nous n’avons pas eu de réponse de leur part. C’est pour cela que les combats n’ont pas cessés.   Ils vont toujours vers la même vieille direction, et rien ne change. La situation est la même que celle en Irak, mais en Irak, il y avait beaucoup de correspondants de guerre, mais pas dans l’Etat de Shan. Il y a donc un blackout sur l’information. Le SPDC est à l’origine de cette absence d’information – il ne laisse les journalistes aller que dans les villes et observer les projets de développement. Si les généraux souhaitaient vraiment résoudre le problème – le contentieux politique et le problème de drogue – ils devraient alors laisser les reporters circuler librement dans le pays ; alors ils pourront connaître la vraie situation du pays. Toutes les organisations ethniques, armées ou non, veulent et sont prêts à accepter les reporters.  C’est pourquoi le SPDC les interdit de s’y rendre. Si ces observateurs pouvaient bouger librement, alors la situation pourraient être exposée.

Que pensez-vous de la présence des groupes armés ayant signés un cessez-le-feu à la convention nationale ?

Je pense qu’ils n’en tireront aucun bénéfice. Ce n’est pas bon parce que les représentants des groupes armés ayant signé un cessez-le-feu ne représentent que leur propre organisation. Ils ne pourront parler au nom de l’intérêt de tout le peuple birman, ou de tous les Etats. Khin Nyunt trie sur le volet le plus de participants possible. Donc même si ces représentants sont présents, ce ne sera pas suffisant pour contrebalancer le SPDC. S’ils ne sont pas autorisés à parler de l’intérêt d’une ethnie ou d’un Etat, ce n’est pas suffisant. Si Khun Htun OO, le président de la Shan National League for Democracy, participe à la Convention Nationale, il ne représentera pas l'Etat Shan, mais seulement son parti politique. Les généraux devront alors accepter tous les composants de l’union birmane à participer à la convention nationale. Si ce n’est pas le cas, elle sera inutile. Le problème ne sera pas résolu et peut être qu’il créera plus de problèmes dans l’avenir.
Chaque groupe signataire d’un cessez-le-feu a ses propres buts et objectifs politiques, et peut être qu’ils pourront faire quelques propositions et demandes lors de la convention nationale. Si elles ne sont pas acceptées, ils pourront reprendre leurs armes une nouvelle fois, et le cycle recommencera. Ils ont conclu un cessez-le-feu, préalable pour négocier, mais jusqu’à maintenant il n’y a pas eu une négociation.

De notre point de vue, la convention nationale ne peut pas résoudre les problèmes du pays , et nous n’avons aucun espoir en ce qui concerne la feuille de route. Le SPDC essaie de faire oublier les Accords de Panglong (un pacte signé en 1947 par les leaders des différentes ethnies et Aung San, leader birman) pour de bon. Pour toutes les nationalités ethniques, l’accord de panglong  est très important, mais pas pour les généraux. Si nous ne commençons pas par là, le problème ne peut être résolu. Une nouvelle feuille de route n’est pas nécessaire. Si les généraux honorent les accords de panglong, tout peut alors être résolu. L’Union de la Birmanie est fondée sur cet accord. Sans celui-ci, il n’y aura pas d’Union de la Birmanie, et pas de gouvernement birman. Les généraux peuvent user de la force et oppresser le peuple mais l’accord de panglong reste la clef du problème. C’est pourquoi les généraux essaient de l’effacer, et les minorités ethniques de le soutenir. Ainsi, le problème ne peut se résoudre. Les généraux prétendent ne pas savoir que c’est la cause première, mais finalement ils le savent parfaitement bien.

Existe-t-il une quelconque pression thai qui s’exerce sur le SSA pour qu’il négocie avec le SPDC ?

Le soutien thai est seulement pour le SPDC. Il n’y a aucun e pression de la Thailande sur nous, c’est du "business as usual". Ils nous demandent bien sûr de négocier, mais ce n’est qu’une suggestion. Ils ont conscience  qu’en dépit de tous les accords qu’ils ont avec le SPDC, le SPDC ne tient jamais ses promesses. Dans l’esprit des birmans, les Thai ont toujours été regardés comme leur ennemi. Le SPDC comprend ce qu’il y a dans l’esprit du premier ministre thai. Khin Nyunt comprend très bien que pendant que Thaksin parle de paix et feuille de route, en fait ce qu’il veut réellement est le business. C’est pourquoi ils sont devenus des amis, mais c’est seulement dans les mots, pas dans les coeurs. Entre les Shan et les Thai, c’est différent. Dans les mots, nous ne pouvons être amis, mais dans les cœurs, nous savons que nous sommes amis. 

Que fait la SSA en ce moment à propos du problème de la drogue ?

Notre politique n’a jamais changé, mais les thais empêchent les reportages, donc les informations sur nos activités ne sont pas diffusées. Nous faisons la même chose qu’avant, c'est à dire lutter contre la production et le trafic. Parce que les thais et les birmans se sont parlés, ils ne veulent aucun conflit entre eux, ainsi ils préviennent les médias lors de réunions de ne pas exposer les informations récoltées sur ce que nous faisons, parce que cette exposition de nos activités pourrait avoir un impact négatif sur leurs relations. Nous menons une guerre contre la drogue, mais nous ne pouvons la rendre publique dans les medias. De plus, nous somme attentif au succès ou à l’échec du projet birmano-thai d’éradication de la drogue à Yawng Kha. Nous croyons fortement que sans la participation des shan, ou de la population de l’Etat, les drogues ne pourront être éradiquées de l’Etat de Shan. Les thais se sont unis avec les birmans, croyant qu’ils pouvaient vraiment éradiquer les drogues. Mais ce projet ne bénéficiera pas à la population, qui a perdu sa maison ou sa ferme. Avant que ce projet commence, c’était un village Shan, mais maintenant les wa sont arrivés pour vivre là. Les Thai disent que c’est projet de substitution des cultures, mais finalement, ce qu’ils ont substitué, c'est surtout population. Le projet est aussi un moyen de blanchir de l’argent. Les thais  ont donné 20 millions de baht, mais l’argent n’a pas financé le projet, et l'UWSA (l’armée unie de l’Etat de wa, très impliquée dans la production d'opium) a elle-meme soutenu financièrement le projet. Ce qui laisse imaginer que les bénéficiaires sont les businessmen, pas la population.
Les thais aiment en faire beaucoup du point de vue de l'image, mais finalement rien n'avance. Ils sont bon pour parler d’une chose et faire autre chose. Dans la " guerre thai contre la drogue ", près 2 800 personnes ont été tuées, mais seulement de petits gens, pas les rois de la drogue. Sans l’autorisation venant d’un niveau élevé des autorités thai, comment les drogues pourraient-elles transiter entre la frontière et bangkok ? Dans leur " guerre contre la drogue ", ils ont fermé la bouche des informateurs, et les protègent.
L’amélioration des relation entre la thailande et les wa à été rendue possible par l'entremise des birmans. Si les birmans et les thais n’avaient pas de relations proches, ils n’auraient jamais laissé les wa continuer dans le business de la drogue. Ils savent que les wa sont impliqués dans le trafic de drogue à la frontière, mais ils ne veulent pas les toucher, ils ne veulent pas perdre la face devant les généraux de rangoon

Comment pensez-vous que le SPDC soit impliqué dans le trafic de drogue ?

C’est à 100% sûr qu’ils sont impliqués dans le trafic de drogue. Ils y sont impliquées de trois manières : 1/ ils ont installés leur autorité partout et dans tous les domaines. Ils ont la capacité et l’autorité d’agir sur ce trafic, ainsi s’ils sont honnêtes dans leur volonté d’éliminer la drogue, ils peuvent y parvenir. Mais ils laissent continuer c’est parce qu’ils reçoivent une part de lion des bénéfices de ce trafic. 2/ en premier lieu, ils ont condamné Lo Hsing-han comme " baron de la drogue ", puis c’était Khun Sa. Et maintenant, ces deux barons de la drogue sont proches des généraux, ils résident à Rangoun, et le trafic de drogue est resté florissant. Ainsi, vous pouvez voir que les généraux utilisent la drogue pour réprimer les minorités ethniques. Ils permettent à la drogue de fleurir et dénoncent les groupes ethniques comme coupables, pendant qu’ils sollicitent la communauté internationale pour l’aide dans l’éradication de la drogue. Khun Sa s’est rendu et est allé à Rangoon, ils n’ont jamais parlé de lui comme un baron de la drogue. C’est clair qu’ils ne sont pas sincères dans leur lutte contre la drogue. 3/ l'UWSA a signé un cessez-le-feu, et est sous le contrôle du SPDC. Quand Khin Nyunt voyage les zones UWSA, il apporte toujours quelque chose dans sa poche. Wei Hseuh Kang (un autre baron lui aussi proche des généraux) est encore dans ce trafic. C’est la preuve q’ils interviennent au plus haut niveau. Au milieu, les commandants de division et de brigades, les officiers obtiennent des pourcentages des dealers de drogue et récoltent des impôts sur les cultures, la protection et les négociateurs. Cela est réalisé sans que directement en informer le haut de la hiérarchie. Et les officiers de niveau intermédiaire essaient de cacher cela à cette dernière. Les deux côtés sont fautifs, ainsi ils ne peuvent dénoncer personne.



Net Hebdo est une newsletter gratuite éditée par l'association Info Birmanie
Pour vous abonner, il vous suffit d'écrire à l'association: info-birmanie@globenet.org


Info Birmanie - 9 passage Dagorno - 75020 Paris - 01 44 93 93 57 - info-birmanie@globenet.org - www.info-birmanie.org